PERSONA

Je suis italo-argentine, je suis née au bout du monde, face à la mer, à l’horizon infini qui m’a toujours amenée à me poser la question : Qu'y a-t-il de l'autre côté? Au delà de la mer ?
Ma curiosité m’a fait voyager à travers le monde, connaître différentes cultures, peuples, d’écouter, d’observer, d’apprendre des inconnus et de mes nouveaux amis, ma nouvelle famille universelle avec qui j’ai appris à repousser mes limites.
J’ai vécu dans 9 pays du monde, dans 14 villes différentes ; je parle 5 langues car ma grand-mère allemande m’a toujours dit de que pour comprendre une culture, il faut parler la langue, connaître les coutumes, vivre leur quotidien.
En arrivant à Paris, j'ai - pour la première fois de ma vie - senti un choc culturel, une grande désillusion, qui a pincé mon cœur... déconvenue, alimentée par un mystification propre à la France, hors de France : une illusion de carton pâte, une grande mise en scène avec plein de comédiens partout.

PERSONA
Au début du théâtre, à Rome, les masques utilisés par les comédiens s’appelaient
PERSONA
PER – SONA
PER – SONARE
Pour se faire écouter, pour se faire sentir.

PERSONA
C’est le masque de Paris, un masque malveillante, qui dissimule le véritable visage des inconnus amicaux devenus des pervers narcissiques et hypocrites.

PERSONA
C’est la représentation, à la manière d’une mise en scène, des réactions et conséquences sur les personnes derrière ce masque.

<< Nous voyons ce que nous croyons >>

Nous ne croyons qu'aux limites de notre être, de notre imagination, à notre désir d'imaginer et de croire au-delà.
Nous avons toujours l'intuition que ce que nous regardons est connu, qu'il y a quelque chose de sa nature qui nous appartient, même si nous n'en connaissons pas tout. Cette frontière et réalité, c'est le cadre d'un voyage dans un lieu où quelque chose qui a été laissé là et est inévitablement présent, il s'appelle, calme, somnifère, déception, douleur, peur, découvrir, plaisir, dévoiler et réveiller l'illusion.